Les actes de violences obstétricales et gynécologiques

Quels sont les actes dénoncés par les victimes de violences obstétricales et gynécologiques ?

Depuis 2015, l’IRASF répertorie la pluralité des actes dénoncés grâce à plus de 3 000 témoignages écrits de femmes victimes de violences obstétricales et gynécologiques.

Ce ne sont pas des gestes “mal vécus” mais des gestes violents en soi, inutilement rendus douloureux, qui ne correspondent pas aux préconisations actuelles de la science et sont hors du cadre légal.

Ils sont donc pratiqués : sans consentement et/ou sans utilité médicale avérée et/ou sans analgésie, dit à « vif » et/ou qui ne peuvent pas être acceptés ou tolérés humainement ou symboliquement.

Des actes pratiqués sans consentement libre et éclairé

et/ou
sans utilité médicale avérée

et/ou
sans anesthésie efficace (à vif)

Les violences obstétricales dénoncées se déroulent pendant :

La relation soignant.e/soignée : l’accueil, la prise en charge, le mode de communication…

  • Refus d’écouter
  • Refus de répondre aux questions posées
  • Ne se présente pas
  • Ne salue pas
  • Pressions pour accepter la péridurale ou autre analgésie
  • Refus de péridurale
  • Refus de donner à boire et à manger
  • Violences verbales et physiques
  • Faire sortir le/la compagnon/compagne
  • Refus de prescription d’anti-douleurs

L’examen clinique : les touchers vaginaux, les échographies…
Ce sont des actes pratiqués sans consentement et/ou sans utilité médicale avérée

  • Touchers vaginaux
  • Dilatation du col manuellement
  • Perfusion de syntocinon
  • Décollement des membranes
  • Déclenchement
  • Rupture artificielle de la poche des eaux
  • Rasage du pubis
  • Echographie ventrale brutale pour tenter de faire bouger le bébé (appuis douloureux, tape avec la main ou la sonde sur le ventre…)
  • Séparation avec le bébé
  • Pose d’une sonde endovaginale
  • Pose d’une sonde urinaire
  • Pose de la péridurale
  • Toucher rectal
  • Pose d’une perfusion

Pendant l’acte chirurgical ou obstétrical
Ce sont des actes pratiqués sans consentement et/ou sans utilité médicale avérée et/ou sans analgésie, dit à « vif »

  • Révision utérine
  • Césarienne
  • Episiotomie
  • Extraction aux forceps
  • Tirer sur le cordon ombilical brutalement pour extraire le placenta
  • Expression abdominale pour l’expulsion du bébé
  • Expression abdominale pour la délivrance du placenta
  • Suture d’épisiotomie et/ou de déchirure sans analgésie
  • Refus de la présence du compagnon ou de la compagne
  • Maintenue ou attachée
  • Maintenue ou attachée pendant un acte douloureux exprimé
  • Stérilisation
  • Point du mari (resserrer le vagin pour augmenter le plaisir de l’homme lors de la pénétration)

Les violences gynécologiques dénoncées

  • Pose du spéculum sans consentement avec et/ou sans saignements
  • Frottis sans consentement avec et/ou sans saignements
  • Gestes déplacés
  • Remarques sur votre sexualité
  • Remarques sur votre orientation sexuelle
  • Refus de prescription
  • Prescription imposée
  • Toucher vaginal sans consentement avec et/ou sans saignements
  • Palpation des seins sans consentement
  • Pose de la sonde endovaginale sans consentement
  • Examen vaginal sur mineure sans consentement
  • Refus d’accéder à une demande d’interruption volontaire de grossesse IVG
  • Refus de prise en charge de la douleur suite à une IVG
  • Fausse couche annoncée brutalement
  • Suite de fausse couche non pris en charge (douleurs, explications…)
  • Refus de donner un rendez-vous
  • Refus de couper les fils après la pose d’un dispositif intra-utérin DIU
  • Refus d’arrêter le geste douloureux pendant la pose d’un DIU
  • Hystérectomie sans consentement (ablation partielle ou totale de l’utérus)
  • Ne se présente pas
  • Ne salue pas